Maude Boutin St-Pierre

Actrice / Artiste multidisciplinaire travaillant surtout en théâtre / Étudiante à temps partiel en anthropologie et études critiques sur la sexualité / Artistiquement et personnellement « obsédée » par les histoires d’intimité , 25 ans  

Formée en interprétation au Conservatoire d’art dramatique de Québec, Maude a participé à plus d’une dizaine de productions depuis sa graduation. Active principalement comme comédienne au théâtre, elle s’implique aussi dans trois collectifs de création qu’elle a confondé (Les Bambines, Les Reines, Vénus à vélo) comme autrice, metteuse en scène, interprète ou productrice. À l’automne 2020, elle est récipiendaire d’une bourse du CALQ en arts numériques et développe l’œuvre audio Parentèle (titre provisoire), qui s’intéresse à la diversité des modèles parentaux contemporains. Elle étudie actuellement à temps partiel en Anthropologie sociale et culturelle à l’Université Laval.

Le projet Habitats nourrit son désir d’exploration des ponts possibles entre différentes disciplines artistiques et scientifiques.

Parmis toutes les questions qui habitent votre esprit en lien avec le vieillissement en ce moment, quelle est celle qui vous anime et que vous voudriez partager?

Pour le moment, j’identifie trois axes de questionnements - des lignes somme toute souples, qui s’entrelacent et s’influencent. 


1. L’administration d’un milieu de vie multigénérationnel - dans mon cas, une coopérative d’habitation - les joies et les défis qui en découle, et les parallèles à tisser entre ce microcosme et la situation sociétale à plus grande échelle. 


2. Les conceptions variées d’habitats intimes, les liens qui unissent des humains à d’autres à travers les années et les droits et responsabilités qui en découlent.


3. Les pressions sociales liées à l’image du «bien vieillir», principalement celles qui concernent les personnes qui s’identifient comme femmes. Par la bande, le militantisme féministe par les femmes d’âge mûr.

En lien avec vos expériences, racontez nous un moment ou un événement significatif dans votre parcours de vie personnelle ou professionnelle qui a transformé votre perspective sur le vieillissement.

Quand j’étais plus jeune, ma grand-mère disait toujours : «Moi, je vais partir avant de devenir un légume! J’ai caché des petites pilules du temps que j’étais infirmière, j’aurai juste à avaler ça et je vais m’endormir sans avoir mal, avec toute ma tête. »

 Mais les pilules sont probablement égarées, oubliées, périmées… Ma grand-mère est maintenant dans une résidence, et cohabite avec la maladie d’Alzheimer depuis presque dix ans. 

 Ça me hante, cette triste symétrie entre ses craintes passées et sa réalité d’aujourd’hui. C’est par cette situation intime qu’un changement s’est opéré dans ma perspective du vieillissement : assister à l’effritement des capacités mentales d’un être cher, au point où elle ignore que son pire cauchemar de vieillesse se concrétise… cette fatalité me semblait intolérable. 
Aujourd’hui, en habitant dans une coopérative multigénérationnelle, en voyant maintenant mes propres parents vieillir et se projeter à travers les années, en suivant un cours d’anthropologie du vieillissement, ma perspective de ces enjeux se complexifie peu à peu. Ce sera un plaisir d’échanger avec cette équipe pour tisser des pistes de questionnements plus vastes, multiples et approfondies.

Lors de nos rencontres en octobre dernier, vous aviez imaginé poser des premiers pas, des premiers gestes. Pouvez-vous nous les rappeler? Pouvez-vous nous dire ce qui est arrivé quand vous les avez posés?

Je m'étais engagée à rencontrer des membres de la coopérative d'habitation dans laquelle j'habite pour discuter d'habitats et de vieillissement. J'ai commencé ces échanges. Ce qui m'intéresse, c'est surtout d'écouter ces personnes qui sont plus avancées que moi dans leur processus de vieillissement. De quoi ont-elles envie? De quoi ont-elles besoin? Quels sont les défis et les avantages, selon leur expérience, d'habiter une coopérative multigénérationnelle? Quelles sont leurs peurs, leurs rêves? En discutant de mon implication dans Habitats avec des gens de mon entourage, je commence à tisser un réseau d'allié.e.s qui sont aussi concerné.e.s par cet enjeu. Je me joindrai d'ailleurs, dans les prochains mois, à un groupe citoyen qui souhaite «réfléchir, philosopher et mijoter collectivement» sur des questions liées au vieillissement.

Si, dans les prochains mois, on vous donnait le temps, l’énergie et les ressources nécessaires pour mettre sur pied un (nouveau?) projet ayant pour cœur nos questions communes, quel serait-il?

Toutes ces idées macèrent encore en moi sans prendre de forme concrète. Pour l'instant, elles ne sont pas assez murent pour s'articuler en un nouveau projet. Disons que je m'intéresse particulièrement aux différents modèles d'habitations multigénérationnelles, mais je sens que ma recherche doit se préciser et s'approfondir pour qu'un désir artistique en émerge.

D’après vos expériences et vos expertises, où se trouve la vitalité, la curiosité, la force d’agir face aux réalités du vieillissement?

Dans les liens - les relations tissées avec les gens qu'on aime qui sont immédiatement touchés par cette réalité; le foisonnement d'un échange et d'un désir collectif de changement.

  • Blanc Icône Instagram

INFOLETTRE

Politique de confidentialité

© Agence Mickaël Spinnhirny