Julie Chateauvert

Artiste interdisciplinaire (issue de la danse) / (Anarcha) féministe, accessibilité, stratégies culturelles pour une transformation sociale / Le cycle activisme-recherche-création / Création narrative en langage des signes, autogestion, enseignement, rapport de forces dans l’organisation et la transformation organisationnelle, facilitation de groupe , 50 ans  

Julie Chateauvert est professeure adjointe à l’École d’innovation sociale Élisabeth- Bruyère. Elle a complété une thèse en Études et pratiques des arts à l’UQAM puis un post doctorat au sein de l’équipe d’accueil transferts critiques et dynamique des savoirs de l’Université Paris-VIII. Son travail a porté sur la création narrative dans les langues des signes. Elle s’intéresse également aux méthodologies de recherche-création et ancrées dans la pratique, à l’autogestion et aux relations de pouvoirs dans les organisations.Elle a été publiée dans différentes revues et magazines.

Julie est également chercheuse associée au Programme Handicap et Société à l’EHESS (Paris) et au Labex Art H2H par sa participation au projet Traduire la performance/performer la traduction.

Parmis toutes les questions qui habitent votre esprit en lien avec le vieillissement en ce moment, quelle est celle qui vous anime et que vous voudriez partager?

Comment transformer le modèle actuel d'hébergement pour personnes qui vieillissent et déclinent sur le plan de l'autonomie en un réseau d'habitats intégrés dans les communautés? Comment éviter cette rupture vécue par beaucoup alors qu'il faut quitter sa maison pour joindre des habitats impersonnels? et... comment sortir du libéralisme.... ?

Partagez avec nous une image inspirante du vieillissement.

Un jour, dans un festival de cinéma, j'ai vu un film qui interrogeait des personnes vieillissantes sur leur expérience en cours. J'étais alors en recherche pour un projet de vidéo que je voulais faire sur le sujet (projet que j'ai finalement abandonné faute d'avoir trouvé un angle intéressant et par désaffinité avec ma partenaire). Ce réalisateur en particulier, pour "dealer" avec le vieillissement de ses propres parents, avait choisi de faire un portrait de vieux qui vieillissaient bien. Une façon de se rassurer et de contrer l'image projective désastreuse qu'il voyait partout, disait-il. J'y ai fait la rencontre de Thérèse Clerc, aujourd'hui décédée, et de son projet d'habitat féministe non mixte (la maison des babayagas)et d'université populaire du savoir des vieux. Thérèse que je rencontrerai en personne par la suite. Mais l'image qui m'a le plus marquée, c'est ce moment passé avec cette vieille femme au visage raviné, à la voix rauque d'avoir trop fumé, ancienne comédienne, toujours prof de diction (ce sont ses mots), tirant sur son porte-cigarette des bouffées d'un cigarillo de tabac foncé. On lui demande comme elle voit la mort à venir. Elle tire une bouffée de son cigarillo. Expire puis elle répond: À choisir, je choisirais l'explosion. Cette scène a été pour moi saisissante et extrêmement productive sur le plan des idées.

En lien avec vos expériences, racontez nous un moment ou un événement significatif dans votre parcours de vie personnelle ou professionnelle qui a transformé votre perspective sur le vieillissement.

Ma réflexion personnelle ressemble sans doute à celle de bien des gens. Je réfléchis au vieillissement en voyant mes parents ou des proches (et moins proches) vieillir, bien ou mal, dans l'épanouissement ou la souffrance et tout ce qu'il y a entre les deux, en connaissant de plus en plus de gens décédés et de gens qui voient mourir leurs parents. En constatant mes propres transformations aussi bien sûr. Les histoires de chaque personne sont toujours singulières, beaucoup sont touchantes, voire bouleversantes. Mais à vrai dire, ma réflexion intime m'apparaît beaucoup moins intéressante et pertinente que celle qui concerne l'organisation de la société. Je suis liée actuellement à deux projets (en plus de celui-ci) qui cherche à inventer (ou simplement faire exister) des façons d'aménager des espaces pour y vieillir: Un cohabitat partagé intergénérationnel et interculturel ainsi qu'un centre social solidaire en voie de créer une coopérative de logement et de soin. Ce dernier en particulier comprend le vieillissement largement, il pose la question de la démocratie au sens radical du terme. Je ne peux pas dire que ma vision du vieillissement a été transformée par un moment ou un événement significatif particulier. Mais je pourrais dire que la question du vieillissement s'est imposée de façon plus aiguë dans le contexte de la covid et de la crise dans les CHSLD. Que je sois impliquée dans 3 projets liés au vieillissement actuellement est un hasard étonnant. Chacun à leur manière pose la question du pouvoir, de l'autonomie, de la collectivité. Et c'est beaucoup sous cet angle que la question du vieillissement m'interpelle.

Lors de nos rencontres en octobre dernier, vous aviez imaginé poser des premiers pas, des premiers gestes. Pouvez-vous nous les rappeler? Pouvez-vous nous dire ce qui est arrivé quand vous les avez posés?

Lors de notre rencontre, j'étais déjà engagée dans l'accompagnement de projets de démarrage d'habitats alternatifs. L'un d'entre eux, les habitations partagées mirela, s'est qualifié au premier tour d'un concours pour obtenir un financement de développement de projet et vient de déposer son dossier pour le second tour. L'autre, le centre social solidaire - coopérative de solidarité offrant des services de logement et de soins pour bien vieillir dans sa communauté - est en sous effectif et se cherche des porteur.euses de projet potentiels! Nous avons organisé deux webinaires intitulés "soignant.es debouttes", le second présente des alternatives aux modèles traditionnels de dispensation de soins, dont le centre social solidaire.

Si, dans les prochains mois, on vous donnait le temps, l’énergie et les ressources nécessaires pour mettre sur pied un (nouveau?) projet ayant pour cœur nos questions communes, quel serait-il?

C'est déjà sur les rails! Collaboration entre un et un font mille et l'Atelier d'innovation social mauril-bélanger pour organiser une journée thématique sur l'habitat alternatif : histoire de rassembler tous (ouioui tous) les gens qui sont en train de développer actuellement des projets d'habitats peu importe leur stade de développement.

D’après vos expériences et vos expertises, où se trouve la vitalité, la curiosité, la force d’agir face aux réalités du vieillissement?

Entre autre, chez le personnel soignant actuellement passablement en criss...